Rubriques

jeudi 8 mai 2014

Discussion entre un berger et son troupeau sur la gestion ou non-gestion par l’animal des espaces verts urbains ?



Animal, animal, quel est ton pouvoir ? Herbivore, herbivore, quand tu nous dévore le sens critique et que l’on ne rumine pas encore assez notre ville de demain, quel est ta place dans nos cités ultra rapides ?

Mes chères chèvres, mes chères brebis, asseyez vous que je vous apprenne la bonne nouvelle ; je vous demande de vous asseoir au cas où elle ne saurait pas de votre goût. Vous êtes … vous êtes … des tondeuses écologiques ! Oui oui, des tondeuses, c’est bien ça, mais … écologiques. Mais non, mais biensûr, biensûr, vous n’êtes pas vraiment des tondeuses … bon bon d’accord, pas du tout des machines ! … et ? comment ? ah oui, … vous n’êtes pas écologiques non plus … mais bien sur que vous n’êtes pas écologiques, je n’ai jamais dit ça ; … je vous annonce simplement que c’est comme ça qu’on parle de vous … ou ça, qui ça ? euh comment vous dire ça … ben quand on veut expliquer ce que vous faîtes en pleine ville … ça peut être quelqu’un qui passe dans la rue mais c’est plutôt des gens qui s’intéressent aux espaces verts urbains, ou à l’écologie, ou aux trucs un peu spectaculaires … vous voyez l’genre ? Quoi ? bêêê euh … bêêêh ? Comment on peut penser ça ? Ben disons que … on aimerait vous utiliser comme des tondeuses, ou des débroussailleuses, ou des je-ne-sais-pas-trop-quoi-euses, alors que vous, vous jardinez. Et puis y voudraient, à par ceux qui on déjà pu creuser un peu la question, que vous tondiez bien ras. Hein ? Ouai je sais c’est moins bon pour vous et pis ça fait moins joli et ça vous vous vaut des bonnes embrouilles avec les abeilles et autres bourdons, mais c’est pour ça qui vous veulent ou qui vous voient certains : comme des tondeuses … écologiques ; un peu comme des voitures électriques, ça marche et ça pollue pas. Mais ? Vous voulez d’la bonne graminée et pas du raz moquette, … et pis un peu de diversité dans l’assiette genre plein d’petites tapas … j’vous comprends : c’est aux plantes de bien vous entretenir et pas à vous de les entretenir … enfin, … de les raser. Ben oui, ben oui, vous inquiétez pas, j’suis votre berger, j’vais faire en sorte de vous mettre bien. T’façon sinon, ca va pas l’faire, vas y avoir des pépins d’santé si j’vous utilise comme des tondeuses écologiques. Et ? … comment y m’appelle moi ? Ben euh, un … berger urbain. Enfin, encore une fois pas tout l’monde, mais c’est une case qu’y est en train faire son trou si vous voulez. Si ça m’dérange ? Euh oui quand même, parce que des fois j’ai l’impression d’être plus urbain que berger et d’autres fois d’être plus berger que urbain ; alors ça m’chiffonne un peu ce titre là. J’suis un berger et un urbain, mais pas un berger urbain. Et puis ça fait un peu nom de chien … berger allemand, berger malinois, berger urbain … vous voyez y a un truc qui cloche, j’m’y retrouve pas. Et pis mon arrière grand père maternel se r’tournerait dans sa tombe s’il entendait tout ça. Y dirait, on est berger où on l’est pas, en ville où à la campagne … un bon berger où qu’il soit, y sait s’occuper d’ses bêtes. Bêêêh Bêêêh ouai grand papi bêêêêêh !!! Oh la oh la, calmez vous les bestioles … le truc, c’est qu’dans l’milieu dans l’quel on bosse, même si z’aiment causer d’agriculture paysanne … c’est pas vraiment des paysans ou des z’éleveurs bergers. C’qu’ils lorgnent en premier, c’est une nature qui r’ssemble à un bon produit, un truc bien comme y faut, un truc que y a pas à r’dire, un truc qui s’consomme bien et qui soulage quoi … un truc … un truc … qui tomberait du ciel. Une nature qui r’civiliserait même des sauvages. Bêêêh bêêêh bêêêh … Ben oui s’sais bien qu’tout l’monde vous aiment bien et qu’on devrait pas vous demander de manger l’herbe jusqu’aux cailloux mais … c’est qui sont pas habitué au bétail les citadins, et à par ceux qui vous connaissent bien, des anciens surtout d’un peu partout, ben … y s’rendent pas compte. Comment faire alors ? … ben, j’ai un peu ruminé et … j’m’suis dit avec trois ans de recul que … vous aviez un sacré pouvoir et que la meilleure chose à faire s’était de … s’casser dans les Cévennes ! Bêêêêh bêêêêh bêêêêêhhhh ! Non non j’déconne les poilues, en fait j’crois qu’vous êtes écolos à condition qu’on vous offre vraiment de quoi bien manger au pâturage et à la mangeoire. Y vous faut un système hyper extensif en pleine ville. Et ça ça s’défend … quand on a l’occasion d’expliquer et justement y a bientôt un truc … mais rassurez vous … vous n’êtes pas des tondeuses ! Allez, on y va ; allez, viens, viens, viens, viens. Mêêêêh bêêêêh !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire